Non classé

Portrait du mois : Frantz Gault, directeur du pôle conseil de LBMG Worklabs.

19 février 2018

Pour le Directeur du pôle conseil de LBMG Worklabs, partenaire de Quel bureau demain?, le bureau tel qu’on l’a connu doit évoluer… Pour ne pas disparaître.

Interview parue dans le livre blanc « Coworking, les nouveaux bureaux de l’entreprise » publié par Neo-nomade en 2017.

Coworking, télétravail, mobilité… Pourquoi le travail au bureau semble- t-il remis en question actuellement ?
Il y a plusieurs éléments à avancer comme la nouvelle donne sociologique et les possibilités qu’offrent les technologies, mais j’aurai l’occasion d’y revenir. L’élément essentiel me semble tout de même être la question du coût : temps de trajet, investissements dans des autoroutes capables d’absorber les migrations pendulaires, coûts immobiliers pour l’entreprise… Sans parler des dépenses cachées et notamment l’impact sur la productivité : au bureau on n’est pas forcément concentré toute la journée et cela joue sur la performance. La question des coûts est donc, au sens large du terme, au cœur de cette remise en cause.

Comment va évoluer le rapport des salariés au bureau ?
C’est difficile de répondre car il faut oublier le travail tel qu’on le connaît aujourd’hui. D’ici 10 ou 15 ans, la donne aura complètement changé : intelligence artificielle, robotisation, voitures automatiques, drones, nanotechnologies… Tout cela va redéfinir le travail et donc le bureau. À plus court-terme, c’est l’arrivée des digital natives qui bouscule le rapport au travail. Ils sont nés avec les technologies, ils interagissent constamment à distance et cela pose une question de fond : quelle valeur donnent-ils au bureau ?

Justement, qu’est-ce qui va donner envie de venir au bureau à cette génération ?
Pour eux, le bureau est partout : à la maison sur le canapé, au café du coin, dans un espace de coworking, dans le train etc… La question est donc : les bureaux de l’entreprise correspondent- ils à ces nouveaux usages ? Pour donner envie de s’y rendre, le bureau doit jouer à jeu égal avec toutes ces alternatives : être aussi confortable que le vieux canapé de mon salon, aussi vivant que le coworking, avec des services de même qualité que lorsque l’on se rend chez Starbucks.

Mais qu’est-ce qu’on y trouvera que l’on n’aura pas ailleurs ?
Bonne question. On y trouvera évidemment ses collègues et une forme de sociabilité. L’entreprise doit donc encourager cette sociabilité, comme le fait par exemple Zappos qui a développé une culture de fête13, de divertissement et de loisirs dans son siège de Las Vegas. L’entreprise restera aussi un lieu de complexité humaine, au sens positif, au sens de l’intelligence collective, de la co-construction, du débat, du brainstorming, de la sérendipité… Autant d’interactions que les technologies ne permettent pas parfaitement. C’est d’ailleurs cette “interaction physique” et cette sociabilité sur le lieu de travail qui fait l’intérêt et le succès actuel du coworking.

Quels messages voudriez-vous faire passer aux entreprises qui voient arriver ces transformations majeures ?
Le plus important, c’est que les entreprises prennent conscience de ces changements, les acceptent et prennent les devants. Le risque, si on continue de penser le bureau comme au XXème siècle, c’est que les salariés n’aient plus envie d’y venir, parce qu’il n’y aura aucune valeur ajoutée à le faire. Et que la Défense connaisse le même destin que Detroit !

A propos de LBMG Worklabs
Laboratoire des nouveaux modes de travail, LBMG Worklabs conçoit des solutions originales et collaboratives pour améliorer la qualité de vie au travail et l’efficacité des organisations. Depuis 2010, LBMG Worklabs accompagne les entreprises, administrations et territoires dans l’évolution des modes de travail de manière globale et sur des sujets toujours plus prospectifs: création de labs, co-design des bureaux avec les collaborateurs, conception de projets immobiliers innovants, libération des organisations